webleads-tracker

Hard bounces et soft bounces : les comprendre et les éviter

Hard bounces et soft bounces : les comprendre et les éviter

Le taux de rebond ou bounce rate est un problème universel pour tous les professionnels du marketing. Il s’agit de la part d’adresses e-mails qui ne reçoivent pas votre message, car celui-ci est renvoyé par le serveur de messagerie du destinataire.

Voici le taux de rebond moyen enregistré pour différents secteurs d’activité.

Un rebond peut s’expliquer par une boîte de réception pleine, un problème temporaire de serveur, ou encore une adresse e-mail invalide. Si les deux premières raisons que nous venons de citer causent un soft bounce, la dernière cause un hard bounce.  

En gardant ces définitions à l’esprit, explorons maintenant plus en détails ces différents types d’événements.

Hard Bounce

Les hard bounces se produisent lorsqu’il existe une raison permanente qui fait qu’un e-mail ne parvient pas à la boîte de réception de son destinataire.

Pourquoi un hard bounce peut-il se produire ?

  1. La source la plus courante d’un hard bounce est la présence d’une adresse e-mail invalide. Par exemple : si l’adresse e-mail d’un client est kevingeorge@uplers.com mais qu’il renseigne accidentellement kevingeorg@uplers.com, cela entraînera un hard bounce. De plus, si vous disposez d’une adresse e-mail professionnelle et que la personne concernée quitte son entreprise, cela peut également entraîner un hard bounce. Imaginons que Jenny travaillait précédemment chez Uplers et que vous avez son adresse e-mail jenny@uplers.com. Une fois qu’elle quitte son entreprise, si vous lui écrivez à cette adresse qui aura été supprimée, il en résulte un hard bounce.
  2. L’acheminement des e-mails est bloqué au niveau du serveur de messagerie du destinataire.

Ces abonnés sont immédiatement purgés de la liste d’abonnés du fournisseur de messagerie. Ils ne recevront donc plus vos campagnes par e-mail.

Qu’est-ce qu’un soft bounce ?

Si le serveur du destinataire rencontre un problème d’acheminement temporaire, il en résulte un soft bounce dans le rapport de performance de votre campagne. Un soft bounce ne nuit pas autant à la réputation de l’expéditeur qu’un hard bounce.

En général, un retard d’acheminement temporaire peut être causé par les facteurs suivants :

  1. La boîte de réception de l’abonné est pleine.
  2. La boîte de réception du destinataire est mal configurée.
  3. La boîte de réception de l’abonné n’est pas active.
  4. Le serveur de messagerie du destinataire est hors ligne ou rencontre un problème technique.
  5. De trop nombreux e-mails ont été envoyés au serveur de messagerie du destinataire durant un certain laps de temps, ou l’e-mail concerné est trop volumineux.
  6. Le contenu de l’e-mail ne se conforme pas aux exigences du serveur de l’abonné.
  7. Le nom de domaine est invalide.
  8. Le message contrevient aux exigences Domain-based Message Authentication, Reporting & Conformance  (spécification DMARC).
  9. L’e-mail ne se conforme pas aux critères anti-spam du serveur du destinataire.
  10.  Les serveurs ne permettent pas l’acheminement d’e-mails.
  11. Parfois, un soft bounce peut survenir pour des raisons indéterminées.

Si une adresse e-mail est indiquée comme causant un soft bounce de manière persistante lors de campagnes ultérieures, elle sera traitée comme s’il s’agissait d’un hard bounce, et elle sera donc éliminée de votre liste d’abonnés. Pour illustrer cela, on peut citer l’exemple de Mailchimp qui autorise sept soft bounces pour une adresse inactive, avant de les considérer comme étant un hard bounce. D’un autre côté, si l’abonné a été actif lors de campagnes précédentes, le fournisseur de messagerie autorisera jusqu’à quinze soft bounces avant de considérer qu’il s’agit d’un hard bounce.  

Comment un taux de rebond élevé influence-t-il votre stratégie de marketing par e-mail ?

Si vos campagnes ont un taux de rebond élevé, cela risque de nuire à la réputation de l’expéditeur. Les fournisseurs de services Internet définissent une limite pour le taux de rebond, les rapports sur les abus, et les désinscriptions. Dans le cas où vos rapports dépassent cette limite, les fournisseurs peuvent délivrer des avertissements ou même suspendre le compte concerné. Lorsque vous choisissez un fournisseur de messagerie, vous devez tenir compte de la façon dont il gère les rebonds et des possibilités qu’il offre pour gérer votre réputation d’expéditeur.

Cela nous amène à la question suivante : comment peut-on éviter les rebonds et assurer une meilleure délivrabilité des e-mails ?

Bonnes pratiques pour diminuer le taux de rebond

  • Utilisez des méthodes de confirmation d’inscription pour établir vos listes

Un taux de rebond élevé est souvent causé par l’achat de listes d’e-mails. Vous devez donc plutôt bâtir votre propre liste de manière organique, à l’aide de formulaires d’abonnement bien conçus. Il est préférable d’utiliser une méthode de confirmation d’inscription pour vous assurer que vos abonnés sont authentiques et réellement intéressés par le contenu que vous proposez. Pour ce faire, vous pouvez envoyer un e-mail de vérification d’adresse pour vous assurer que cette dernière est valide.

Source : https://www.getvero.com/resources/double-opt-in/

  • Envoyez des e-mails de réengagement pour réactiver les leads dormants

Si votre liste comporte des abonnés désengagés, cela risque d’engendrer des rebonds d’e-mails à l’avenir. Pour vous assurer que cela n’arrive pas, vous devriez organiser des campagnes de reconquête pour les réengager et les inciter à agir. Avec ces campagnes, ciblez tous vos abonnés qui n’ont pas interagi avec vos e-mails dans les derniers trois à six mois, en fonction de votre secteur d’activité et de votre public cible.

  • Offrez à vos abonnés inactifs la possibilité de se désinscrire.

Si vous envoyez des e-mails de réengagement à des abonnés mais que ceux-ci ne sont toujours pas actifs, vous devez leur laisser la possibilité de se désinscrire. Permettez également à vos abonnés de paramétrer la fréquence de vos messages et d’autres préférences. Vous pourrez ainsi envoyer des e-mails en accord avec les souhaits de vos abonnés et augmenter leur engagement.

  • Maintenez régulièrement votre liste pour assurer sa qualité

La grande majorité des fournisseurs de messagerie retirent automatiquement les adresses e-mail générant des soft ou hard bounces, mais si ce n’est pas le cas du vôtre, vous devez surveiller vos indicateurs régulièrement et supprimer manuellement les adresses concernées. De plus, vous pouvez également retirer de votre liste les abonnés qui n’ont pas interagi avec vos e-mails depuis longtemps. De cette manière, vous pourrez assurer la qualité de votre liste et éviter les rebonds.

  • N’utilisez pas de domaines d’expédition gratuits

Un exemple d’un tel domaine est Gmail. Vous devez utiliser un domaine d’expédition premium avec authentification. Votre domaine d’expédition doit se conformer à la politique d’authentification DMARC. Cela vous permettra de maintenir un bon taux de délivrabilité en réduisant les rebonds. De plus, cela évitera l’envoi d’alertes de sécurité à vos abonnés.

  • Créez des e-mails qui offrent de la valeur ajoutée

Pour finir, il est impératif d’envoyer des e-mails contenant des informations pertinentes qui intéresseront vos abonnés. N’envoyez pas d’e-mails promotionnels sans aucune valeur ajoutée pour le destinataire. De plus, n’envoyez pas d’e-mail constitué uniquement d’images. Votre ratio texte/image devrait rester autour de 80/20 afin d’éviter tout problème de délivrabilité ou rebond. Il est également recommandé d’envoyer vos e-mails avec régularité. Par exemple : je me suis inscrit à Really Good Emails et ils envoient des e-mails tous les mardis et vendredis. C’est ainsi plus facile pour moi d’interagir avec leurs e-mails. Je suis même souvent pressé de recevoir leurs newsletters pleines d’esprit.

En conclusion

En suivant ces conseils, vous pourrez non seulement améliorer votre délivrabilité mais également vos taux de conversions. De plus, vous pourrez faire des économies en évitant d’envoyer des e-mails à des abonnés qui ne s’y intéressent pas. Rappelez-vous de toujours tester vos campagnes, de surveiller vos indicateurs après chaque envoi d’e-mail, et de pratiquer une optimisation continue pour obtenir les meilleurs résultats.

About the Author

Mathieu Rouart
Mathieu Rouart
Mathieu est le business development manager Europe de Scoop.it et notre expert référent en content marketing. Diplômé d’une école de management et spécialiste du marketing web, Mathieu a commencé sa carrière chez un opérateur télécom en tant que chargé de webmarketing, puis a travaillé dans une agence de conseil comme Chef de projets senior. Chez Scoop.it, il est l'un des contributeurs principaux du blog, et il assure l’accompagnement des clients dans leur démarche de content marketing automation.