webleads-tracker

Comment éviter les 5 erreurs de content curation les plus fréquentes

Comment éviter les 5 erreurs de content curation les plus fréquentes

La curation de contenu a de nombreux avantages. Moins de temps de création de contenu. Plus de poids, d’influence. Des avantages SEO. Des leads. Et la liste est longue.

Nous vous conseillons de faire plus de curation en 2018, encore faut-il la faire correctement.

Pas seulement pour nous. Pour vos lecteurs. Vos collègues. Votre patron. L’internet en général.

Parce qu’une bonne curation rend le monde meilleur, ne serait-ce qu’un tout petit peu. Cela aide les gens à trouver le contenu qui les intéresse. Cela les inspire. Cela les aide à mieux faire leur travail, à améliorer leur qualité de vie – encore une fois, la liste s’allonge encore et encore.

Alors jetez un coup d’œil aux erreurs ci-dessous. J’espère que vous n’en faites aucune. Mais si ce n’est pas le cas, il est assez facile de rectifier le tir.

keep calm and curation

1. Vous avez confondu la curation de contenu avec l’agrégation de contenu.

Voici les différences entre les deux :

 

Curation de contenu

Agrégation de contenu

Le contenu est sélectionné manuellement (même s’il y a eu l’aide initialement d’un outil comme Scoop.it)

Le contenu est automatiquement sélectionné par un robot ou un filtre de contenu. Tant que le contenu correspond au filtre ou à l’algorithme, il est inclus. Aucune intervention humaine n’est requise.

Le contenu est soigneusement examiné par le curateur humain, puis extrait (avec parcimonie).

Le contenu n’est pas examiné ou extrait, par un humain ou un bot. Bien qu’il puisse être résumé en utilisant des balises de contenu par défaut comme les titres, les meta-descriptions et les images d’en-tête.

Le contenu sélectionné est regroupé pour le rendre plus significatif. Comme le dit le proverbe, «le tout est plus grand que la somme des parties».

Les contenus sont simplement regroupés. Il n’y a pas d’ordre particulier ou de nouvelle signification de la liste finale.

Chaque morceau de contenu est mis en contexte. Le curateur explique sa signification et son importance. Ensuite, le curateur fait cela pour l’ensemble des contenus curés pour vous donner une vue plus large.

Par exemple : le curateur prend cinq exemples sur un sujet, et montre comment ils marquent une nouvelle tendance dans ce secteur ou un créneau particulier.

Le contenu sélectionné n’est pas mis en contexte.

Voici un exemple :

A gauche, un article de blog qui a sélectionné trois des meilleurs articles sur la stratégie de contenu publiés dans un délai précis. L’article résume soigneusement chaque contenu et rassemble les trois articles pour présenter l’état actuel de la stratégie de contenu.

A droite, un exemple d’agrégation de contenu. Ce sont les résultats d’une recherche avec le hashtag #contentstrategy sur Twitter.

exemple curation et aggrégation

Comme vous pouvez le voir, les deux (curation et agrégation) donnent à peu près la même quantité de mots et d’images.

Mais l’article curé vous permet d’aller plus loin. Il donne du sens et du contexte et est plus utile au lecteur.

2. Vous utilisez toujours le même format de contenu.

Cela peut être difficile de changer. Beaucoup d’entre nous ont du mal à sortir du format texte.

Mais le texte n’est pas la seule possibilité. Et les meilleurs curateurs sont très sensibles à la façon dont leur public consomme le contenu. Et – comme vous le savez probablement – nous les humains préférons généralement les images et la vidéo au texte.

Voici quelques suggestions pour sortir de l’omniprésence textuelle :

–          Bloquez 10% de votre calendrier social (ou des articles dans votre blog, ou des sections dans vos newsletters curées) pour les infographies et 10% pour les vidéos.

Il vous faudra un peu plus de temps au début pour faire cette curation, mais moins de temps que vous ne le pensez. Des sources comme Pinterest sont remplies d’excellentes infographies. Et la fonction de recherche de YouTube fonctionne assez bien … même si vous feriez mieux de faire une liste de 20 entreprises ou influenceurs dans votre secteur, puis d’aller directement sur leurs comptes YouTube.

–          Écoutez plus de podcasts. Eteignez la radio pendant un court trajet et essayez d’écouter un seul podcast par jour. Peut-être que c’est pendant que vous faites le dîner, promenez votre chien, faites les corvées à la maison. Il faut juste être prêt à arrêter de temps en temps votre activité lorsque l’invité ou le présentateur dit quelque chose qui en vaut la peine. Prenez note de la citation. Vous pourriez même en faire un meme.

–          Louez un design service (comme Undullify, Design Pickle ou Limitless Designs) et demandez-leur de faire de votre contenu des images, des graphiques et même des infographies. Si vous n’avez pas le temps ou l’énergie pour faire ce travail de curation de contenu supplémentaire, vous avez peut-être un petit budget pour que quelqu’un d’autre le fasse pour vous.

J’ai vu tant d’infographies réussies qui sont de la pure curation de contenu. Ce format fonctionne toujours parfaitement et est adapté à la curation.

Si vous ne pouvez pas faire une infographie (ou ne voulez pas), ne vous inquiétez pas. Il y a beaucoup de designers qui le feront pour vous à un prix raisonnable.

Ceci est le segment inférieur d’une infographie qui fonctionne bien. Comme vous pouvez le voir dans la liste des sources, c’est une pure curation. Comme la plupart des infographies.

–          Obtenez de meilleurs résultats en faisant vous-même des vidéos. Je sais, je sais – vous détestez être à l’écran. Vous n’avez pas d’appareil photo coûteux et vous ne voulez même pas que les clients voient votre bureau, et encore moins tout le public de YouTube.

Passer à autre chose. Nous sommes en 2018, la vidéo a un énorme potentiel, arrêtez de chercher des excuses. D’ailleurs, la vidéo courte obtient l’engagement le plus élevé. Et vous n’êtes pas obligé d’apparaître sur la vidéo.

3. Vous partagez les mêmes sources trop souvent

Il est vraiment facile de devenir paresseux avec la curation et de partager uniquement le contenu d’une douzaine de vos créateurs de contenu préférés. (Je fais cette erreur tout le temps moi-même). Mais vous devez élargir vos sources ou votre public s’ennuiera.

Il y a quelques façons simples de le faire.

–          Suivez les autres curateurs dans votre domaine. Est-ce que c’est de la triche ? Non, il s’agit juste de rester à jour avec l’actualité. 

–          Procurez-vous un logiciel de curation de contenu. Des outils comme Scoop.it, ou notre plateforme Hawkeye, plus avancée, peuvent vous permettre de voir le contenu de votre secteur grâce à différents filtres et paramètres.

Vous n’avez pas à choisir tout ce que vous trouvez, bien sûr (ce serait de l’agrégation), mais en utilisant un outil comme celui-ci, vous pouvez voir tout ce qui est publié, pas seulement ce que vos sites favoris publient. Cela vous montrera aussi ce que les gens aiment le plus.

  • Mettez vous comme objectif de partager un contenu sur dix qui provient d’une toute nouvelle source.

content intelligence

Les logiciels de curation comme Scoop.it ou Hawkeye peuvent faciliter la recherche de pépites.

4. Vous ne citez pas toujours vos sources.

Ne faites surtout pas ça. Vous passerez de quelqu’un qui fait une bonne chose à quelqu’un qui fait une mauvaise chose presque immédiatement.

Les bons curateurs citent TOUJOURS leurs sources. Ils donnent des backlinks – et non des liens « nofollow ». Ils sont généreux avec leurs citations.

Voici exactement comment faire. Imaginons que vous ayez trouvé une statistique sympa que vous souhaitez utiliser dans un article de synthèse. Vous avez fait un joli graphique de la statistique. Pour donner du crédit aux personnes qui ont fait la recherche longue et coûteuse, vous :

–          Incluez un lien vers le rapport d’origine dans votre texte.

–          Ajoutez le logo de l’entreprise et le nom du rapport (en petits caractères) au graphique / à l’image que vous avez créé.

–          Ajoutez aussi l’URL de la recherche à l’image, afin que les gens puissent facilement trouver le rapport si l’image est partagée au loin (ce qui pourrait certainement arriver).

Voici à quoi cela pourrait ressembler:

Beaucoup d’enfants refusent de porter des chapeaux. Même quand leurs mères leur disent de le faire.

 Maintenant, est-ce que vous êtes obligé de le faire ? Non. Mais les gens de Hats For Children apprécieront-ils si vous le faites ? Evidemment. En plus de ça, si vous citez vos sources, vos lecteurs vous feront plus confiance. Et les gens de Hats for Children seront plus enclins à partager votre travail avec leurs followers.

5. Vous partagez du contenu de qualité médiocre

Cette erreur pourrait vous coûter votre audience. Je sais que cela semble dur … mais en tant que curateur, vous avez un travail à faire : trouver un contenu génial pour que vos lecteurs n’aient pas à le faire.

Si le contenu que vous trouvez (et proposez) n’est pas génial, il n’y a aucune raison pour qu’ils vous suivent. Tout le monde, à tout moment, peut faire une recherche par mot clé ou parcourir les médias sociaux et trouver une multitude de contenus médiocres. Nous sommes envahis par ça. Il y a plus de 2 millions d’articles de blog publiés chaque jour.

Bien sûr, c’est beaucoup de travail de trouver du contenu génial tout le temps. C’est beaucoup de travail pour le transformer en quelque chose de significatif.

Alors surprise : la curation de contenu est un travail. Quand c’est fait au plus haut niveau (comme le Brain Pickings de Maria Popova), c’est de la création de contenu elle-même.

Nous n’atteindrons peut-être pas le niveau de maîtrise en curation de contenu de Maria (après tout, elle est boursière MIT Futures of Entertainment). Mais nous pouvons au moins faire notre travail pour trouver et servir un contenu exceptionnel, présenté d’une manière qui enchante et engage nos lecteurs.

Heureusement, nous avons quelques bons outils pour faciliter le travail.